L’illusion est illusion

# Modifié le 26 mai 2021@ 11:17

Nous parlons d’illusion et nous continuons d’agir envers elle comme si elle était réelle.

La libération spontanée vient de reconnaître combien l’illusion est vide. Qu’en réalité, elle n’a pas et n’a jamais eu la possibilité de nous retenir. Tout le jeu et la force de l’illusion sont les nôtres. Ils ne sont pas les siens. Vouloir agir contre elle contribue à la renforcer. Cela revient à lutter indirectement contre soi-même. L’adversaire est notre propre reflet. Paradoxalement, nous menons un combat intérieur pour trouver la paix.

Si c’est notre propre esprit, nos propres pensées qui nous captivent, alors nous ne le sommes pas. Cela n’est qu’une croyance, qu’une duperie que nous nous auto-infligeons. Nous parlons d’illusion et nous continuons d’agir envers elle comme si elle était réelle. D’autres au contraire s’emploient à ne rien faire comme si elle n’était pas réelle. Si nous souffrons d’une maladie imaginaire, chercher à la soigner est faux et éviter de le faire l’est aussi. Dans les deux cas, nous ne sommes toujours pas libres et réagissons face à un problème inexistant.

« La vérité vous rendra libres. »*

Confrontés à l’illusion, nous pouvons agir, intervenir de différentes manières. Toutefois, c’est notre honnêteté qui, seule, a le pouvoir de nous en libérer.
« La vérité vous rendra libres. »* Sommes-nous honnêtes ? Probablement que non. Probablement que nous ne le sommes pas suffisamment parce que sinon, déjà nous nous serions libérés du mythe que nous entretenons. Être honnêtes dans les critères de l’illusion, ce n’est pas l’être au regard de Dieu. Toutes nos duperies sont la volonté que nous conservons pour nous faire exister et nous faire croire en notre propre divinité. « Ils seront comme des dieux. »*

S’il existe une mission, une épreuve qu’il nous faut traverser, n’allez pas chercher bien loin. Ne faites pas comme certains qui vont à l’autre bout du monde trouver des solutions. L’illusion n’est qu’illusion. Elle est imaginaire et rien de ce que nous ferons et nous imposerons pour la vaincre n’y parviendra. Cela produit l’effet inverse. À l’illusion d’être captif, nous ajoutons l’illusion d’une délivrance.

Tout est fini sans même avoir commencé.

Il n’y a pas “deux”. Il n’y a pas d’histoire avec “deux”, ni de cessation d’une hypothétique histoire. Tout est fini sans même avoir commencé. Réjouissez-vous d’une telle perfection de vérité et d’une telle imperfection illusoire !
L’illusion est comme un rêve dans lequel rien de réel n’arrive. Nous pouvons le comprendre, mais c’est grâce au réveil à la “vérité qui EST”, au “je Suis” divin, que nous sommes effectivement libérés. C’est être honnête envers soi-même, ne plus nous servir la moindre histoire, parce que nous choisissons d’avoir des yeux pour voir et des oreilles pour entendre. Être honnête commence par le fait d’être honnête en oubliant le “second imaginaire”.

— « vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. » (Jn 8:32)
« mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. » (Genèse 3:5)

Commencez à taper et appuyez sur ENTRÉE pour RECHERCHER